Ci-dessous déclaration de vos élus Sneca en ouverture du CSE exceptionnel du  vendredi 3 avril : 

« La crise sanitaire que nous traversons est une guerre selon le Président de la République, une guerre de tous les instants, qui doit être menée tout en garantissant la santé de chacun, devoir de chaque employeur

 

Les intentions de départ dans notre entreprise ont été louables : fermeture des rideaux dans les agences, distanciation dans les sites, mise en place du travail par équipeNotre CR a pris de saines décisions, rapidement, ce qui, nous tenons à le signaler, n’a pas été le cas de toutes.

Autre point de satisfaction, et qui est une demande du Sneca depuis plusieurs années : la mise en place du télétravail, tant pour les sites que les réseaux.

 

Mais ces bonnes intentions n’ont duré que trop peu de temps :

  • A peine 1 semaine de travail en équipes alternées, et voilà qu’une partie des équipes doit retourner travailler en agence fermée. Pourtant, pouvoir « recharger les batteries » une semaine sur deux n’était pas de trop : même le Conseil Scientifique prône cette alternance, semaine travaillée, semaine de repos, pour évacuer la charge émotionnelle et mentale ; qui plus est dans notre secteur d’activité où les journées sont particulièrement denses en ce moment entre le téléphone omniprésent, l’accompagnement des clients et toutes les demandes qui affluent. Nous vous avons déjà alertés sur notre position en la matière, sans réponse à ce jour ….. Le « restez chez vous » n’est pas juste un slogan publicitaire

 

  • Concernant le télétravail : oui nous le souhaitons pour le plus grand nombre mais là aussi, vitesse et précipitation ne font pas bon ménage ; des questions restent en suspens : quid du collaborateur qui n’a pas de connexion chez lui ? quid de ceux qui ont la garde de leurs enfants et pour lesquels difficile de télétravailler dans de bonnes conditions, est-il dans ce cas possible de travailler en dehors des heures de travail traditionnelles ou pas ? et si oui, quelle incidence sur le contrat de travail, etc…. Cela n’est pas exhaustif, mais au risque de se répéter, toutes ces questions auraient pu être débattues et traitées sereinement, quand nous avons suggéré, voici 3 ans, une négociation sur le télétravail, mais vous n’avez pas souhaité à l’époque le faire, dont acte…

Un dernier point et non des moindres : stop au flicage qui vise à vérifier que le collaborateur s’est bien connecté en temps et en heure, qu’il a bien fait ses 30 appels CASRA, qu’il a fait le bon rac, …..Belle preuve de confiance !

 

 

Déjà désolant en temps habituel, mais là, tout bonnement écœurant en ces temps particulièrement troublés.

Stop au flicage tout court, d’ailleurs, que la nécessaire bienveillance évoquée dans son intervention par Philippe Brassac ne devienne pas qu’un vœu pieu mais une réalité pour et par tous.

 

  • On entend de plus en plus le mot commercial revenir en boucle dans les discours, dans les communications à tout niveau de l’entreprise, nous pensions que ce n’était pas la priorité…certains ne partagent pas cette idée à priori. Nous demandons une communication claire de la part de la DG à tous.

 

 

  • La Fédération Nationale du Crédit Agricole a signé avec 3 os un accord de branche hier. Cet accord précise un certain nombre de points comme la rémunération des salaries pendant le confinement et les modalités concernant les conges cet accord s’impose aux CR mais n’empêche pas pour autant un accord local mieux disant.

Le Sneca demande à ce qu’il y ait équité de traitement pour l’ensemble des salariés de notre CR notamment en ce qui concerne les congés et cela quelque que soit le statut du salarié, qu’il ait été en arrêt de travail ou au front pour absorber l’activité, nous avons des propositions à faire en la matière et demandons l’ouverture d’une négociation.

Nous ne saurions terminer sans bien évidemment rendre hommage à tous les salariés de SRA qui démontrent une nouvelle fois leur formidable engagement envers l’entreprise, nous espérons que nos dirigeants s’en souviendront. »