Au menu de ce mardi 17 mars 2020, une nouvelle audio ce jour des Organisations Syndicales Nationales avec la FNCA et beaucoup de CSE extraordinaires dans les Caisses Régionales.

Coté National, tout d’abord un constat, les ¾ des agences seraient ouvertes, et 15 à 20% du personnel seraient absents (gardes d’enfant, maladie, salariés à risque…)

Plusieurs chantiers seraient ouverts (« c’est au pied du mur, …. Qu’on voit le mieux le mur… ») tels que l’incitation à utiliser les canaux directs (ce qu’on fait depuis 5 à 10 ans), ou la rédaction d’une charte du bon manager en période de crise, et de la bonne manière d’accueillir quand on vit dans le stress…

La Fédé explore également la piste du chômage partiel (Activité partielle en novlangue, qu’au moins 1 CR a déjà mis en œuvre – 70% du brut, 84% du net) et demande aux Directions de travailler avec les syndicats et instances des CR… c’est la moindre des choses…

LE chantier, qui nous intéresse, celui des modalités d’ouverture à la clientèle, est …. En chantier

Une ligne directrice semble se dégager

  • Pour les sites : éclatement des salariés exerçant des fonctions sensibles et dotation de portables, pour les autres, ils continuent normalement
  • Pour les réseaux (agence de proximité surtout) : Accueil le matin – travail sur les canaux directs et agence fermée, l’après midi – 2 équipes qui se relaient par période d’une semaine (Agence/télétravail/agence etc…)

Le Sneca a fait remarquer que le temps d’incubation de la maladie allait de 3 à 14 jours, donc un roulement toutes les semaines ne permettait pas de vérifier que le salarié renvoyé chez lui était indemne.…

Mais la Fédé est persuadée que l’incubation est de 7 j… leur comité scientifique est sans doute plus compétent que tous les épidémiologistes que nous lisons et entendons.

Coté CR et entités, les premières consignes de la Fédé étant plutôt limitées, le résultat est très hétérogène

  • Dans les sites, le télétravail n’est pas proposé de manière systématique, et on voit même du travail déplacé (en agence). Pour les entités (informaticiens et autres), la ligne entre activités essentielles ou non, est floue, et des collègues sont regroupés sur leur lieu de travail, en attente.
  • Pour les agences, certains ont réduit fortement la voilure et/ou les effectifs (1 agence sur 2 ouverte, 5 salariés maxi) et certaines fonctionnent rideau (sas ou porte) ouvert, d’autres entr’ouvert, d’autres fermé avec demande d’ouverture par la sonnette…

Une grande oubliée : la santé/sécurité des salariés : les moyens de désinfection et de protection et la sécurité physique ne sont pas dans le débat : manque ou absence de Gel HA, de gants, de masques, de lingettes, de produits désinfectants – les distances de sécurité (1 m) ne sont pas toujours respectées – pas ou peu de vigiles devant les agences, mais parfois 1 ou 2 salariés sur le trottoir pour faire le tri … Les risques sont réels

Enfin, on pensait que les mesures de recensement de tous les cas (garde d’enfants – salariés à santé fragile – salariés confinés, etc…) étaient réalisées, et mises en œuvre selon les modalités prévues par les pouvoirs publics (arrêt de travail…) … En fait non, ce n’est pas vrai partout… de même que les réactions en cas de suspicion de contamination d’un salarié sont diverses, d’un côté on confine les salariés à domicile et on ferme l’unité, de l’autre côté on parle de fake news et on ne fait rien (on a les noms) …

En conclusion, et au soir du 2° jour, on peut dire et vous nous le remontez, que dans certaines CR, les directions ont globalement fait le job, même si c’est imparfait, mais certaines restent encore convaincues que l’activité essentielle (la banque, mais personne ne sait dire quoi) est à maintenir puisque les pouvoirs publics l’ont demandé… Certains osent même dire que le droit de retrait n’existe pas puisque nous sommes réquisitionnés…

A défaut de retrait, si un seul salarié tombait malade parce que ses dirigeants l’ont exposé à un risque connu, sans prendre les mesures adéquates, il s’agira alors de rechercher la responsabilité…

Droit de retrait/Obligation de sécurité…

Demain mercredi, nous avons besoin de recenser les agences CA fermées pour des cas « contact », où un Covid a été déclaré, entraînant de fait le confinement de tous (nous avons déjà des 1ères déclarations). Passez par vos élus SNECA qui remonteront